http://jazz.blogs.liberation.fr/2020/05/24/paco-duke-paquets-de-blues/

Dans les cordes de Pascal Guegan (photo DR), re-baptisé Paco Duke pour son album solo, scintillent les héritages de Jimmy Page, Albert King, Johnny Winter, Ritchie Blackmore, et Clapton. En rafales tutélaires. Pascal Guegan fut l’une figures du Blues Power Band,un groupe de Français piqués de blues qui animèrent la scène internationale pendant vingt ans. Son premier disque solo, Only Dreams Come True, vient rappeler que la France reste une des terres d’élections du blues. En l’occurence du blues-rock. « De tout le blues», souligne trois fois le passionné dans un restaurant des Halles (avant le confinement). Qu’on en juge : Paco s’enflamme autant pour Blind Willie Mc Tell, BB King, Robert Johnson, T-Bone Walker, Muddy Waters, et Lowell Fulson, que pour les «guitar-heroes» du Swingin’ London des Sixties. Notez, quoi de surprenant à ce qu’un féru d’archéologie s’intéressât aux musiques des origines! Lorsqu’il fonde avec Hervé Joachim en 1996 le Blues Power Band, le blues blanc tient le haut du pavé. Paco : «Je reprends le flambeau là où nous avons bifurqué».

Première direction : le Texas de Johnny Winter. Le CD ouvre sur Mr Johnny, hommage virtuose à l’Albinos né à Beaumont, mort en 2014. Le modèle de guitare Stratocaster de Paco s’engage sur la voie rapide du maestro. On retrouve la vélocité généreuse, le phrasé inspiré, la voie lactée de notes de Winter. «A l’esprit, quand je l’ai écrit, j’avais le traitement par Johnny Winter du Highway 61 Revisited signé Bob Dylan». On prend Paco au mot, sans regarder à notre plaisir, lorsque l’on pense à la phénoménale version de Highway 61 Revisited par JW au 2007 Crossroads Festival, (attaque de troupeau à la charge, contrepoints aux phrases chantées). Paco concède un faible pour les gros joueurs de slide. On est servis! D’entre les slideurs, il cite Elmore James et Derek Trucks. Plus surprenant : Ritchie Blackmore, le décoiffant soliste du groupe Deep Purple! Blackmore? «l’idole de mon enfance. Une approche rarissime. Il n’enfile pas le bottleneck au doigt : il le prend en main. Du coup, toucher de velours!» L’émotion du jeu à la slide de Paco se manifeste sur Please Don’t Cry, où transparaît le penchant pour la technique de Mark Knopfler. Puis défile la marque des commandeur . Citons Jimmy Page («la référence en composition»); Michael Bloomfield («il savait tout jouer»); Eric Clapton («le toucher»). Et un colosse : Albert King («un son pas possible»)! Nous partageons, émus, la chair de poule du concert de 1968 au Fillmore Auditorium, sorti chez STAX : Live Wire/Blues Power. Le choc. La musique d’Albert King décornerait un bison. Un disque de chevet. Une addiction. Paco : «rien que la voix énorme sur Blues Power pose Albert King sur un piédestal». On se met d’accord sur les chiffres : chacun de nous aura écouté au moins cent fois Blues Power. Paco me confie que l’on trouve deux sources majeures à la création du Blues Power Band : Eric Clapton et Albert King. D’où le nom du groupe. La grâce d’Albert King a touché Paco à la Patinoire de Boulogne, en 1990, lors du légendaire festival TBB Blues, organisé par Jean-François Deiber. J’ai vu moi-même Albert l’année suivante sur la scène du Trianon (Paris - Métro Anvers). Avec de pareilles connections, on se quitte forcément bons amis. On devait se revoir le 3 avril aux Lilas (concert au Triton). Reporté le 20 novembre, au même endroit, sans doute différemment configuré. Si vous aimez le blues électrique, vous savez où le trouver.

Bruno Pfeiffer

Pascal Paco Guegan le 3 avril au Triton (Les Lilas) pour son premier disque solo. Le bluesman/rocker, à l’origine du Blues Power Band, nous a gâté avec un bijou électrique. Super-découverte! Les solos volcaniques de Paco Duke : Only Dreams Come True (distribué par Inouie), nous transportent, et pas qu’un peu! Les meilleurs dans le genre blues-rock français depuis Fred Chapellier. Le virtuose de la slide (notamment), se produira aussi le 30 janvier à La Boule Noire (Paris 18e - Métro ANVERS).

Par Michel Valentin

Le 2 mars 2020 à 12h58

Figure de proue du Blues Power Band, groupe de référence français en matière de blues rock, Pascal Guégan vient de sortir un album solo sous le nom de Paco Duke, « Only Dreams Come True ». Un disque qui se situe sensiblement dans la même veine que sa formation d'origine, la différence étant ici que l'artiste s'occupe de la guitare, son instrument de prédilection, mais aussi du chant, et ça c'est nouveau.

Les morceaux font aussi, nous semble-t-il, davantage référence aux grands anciens, notamment des années 1970. Ce n'est pas pour rien que le premier titre de l'album, le très bon et gorgé de slide « Mr Johnny », fait instantanément penser à un bon vieux Johnny Winter. Et pour cause, puisqu'il parle du virtuose albinos texan, disparu en 2014.

La tonalité est donc très blues rock, à l'ancienne comme sur « My True Love », ou plus classic rock sur « Yellow Jacket », « Broken glasses » ou « The Chimes of Kairos ». Paco ne néglige pas pour autant le boogie qui fait taper du pied (« I always will »). Et il épice aussi quelques chansons de jolies influences inattendues, folk sur « Gonzo », orientalisantes sur « Zenobia » et son solo de violon. Et parsème son disque de solos de guitare concis et mélodiques.Seul défaut apparent, l'auteur a une certaine marge de progression dans la maîtrise de la langue de Shakespeare. Mais pas de quoi gâter le charme de ce premier opus que l'artiste a commencé à défendre sur scène. La prochaine occasion d'applaudir ce répertoire live aura lieu le 3 avril au Triton, aux Lilas (Seine-Saint-Denis).

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

Paco Duke, « Only Dreams Come True » (Paco Duke Music/Inouie)

Interview Paco Duke dans Blues magazine N°97 (juillet-août 2020)

Le report de Shooting Idols du concert à la Boule Noire le 30/01/20

 Pour ouvrir la soirée Paco Duke nous donne un set vraiment excellent.

Paco n'est autre que le Pascal Guegan du Blues Power Band.

Il est entouré de quelques bonnes et belles pointures de la scène Française, notamment Olivier Raymond (Elise and The Sugarsweets) Nicolas Paullin (rescapé aussi du Blues Power Band).

Il ouvre la soirée et nous donne le plaisir de découvrir en Live son 1er album "Only Dreams Come True" sortie prévu le 14 Février à ne pas rater.

Une première partie très rock. Les compositions sont vraiment chiadées et efficaces et Paco très à l'aise, nous prouve qu'il est un excellent Front Man.

Les influences ne sont pas mises de côté avec son hommage "Mr Johnny" ou tout au long de ce set le son et l'image du grand Johnny Winter planera au-dessus de Paco Duke.

Un petit conseil. Bientôt près de chez vous. Allez-y vite vous ne le regretterez pas.

PACO DUKE – ONLY DREAMS COME TRUE

Du bottleneck à profusion, qui s’en plaindra? Certainement pas moi, tellement ce genre d’albums se fait rare, surtout dans l’hexagone. Voilà un opus qui commence sous les meilleurs hospices, avec “Mr Johnny”, joué sur un rythme qui convient bien à une entrée en matière digne de ce nom! C’est sous le pseudo de PACO DUKE que Pascal “Paco” Guegan, guitariste, auteur, compositeur, et membre éminent du Blues Power Band, nous propose aujourd’hui son premier album solo. Un très bel opus qu’il nous offre comme affranchi du “carcan” du groupe fétiche dans lequel il exerce habituellement, si tant est que cela soit un carcan d’oeuvrer au sein du BPB. Un superbe “Gonzo” nous met ensuite dans de très bonnes dispositions puisqu’il nous rappelle un superbe “No Fade Away”, immortalisé par qui vous savez… Et tout le reste de l’album est du même tonneau! Comme si le titre, “Only Dreams Come True”, était annonciateur de la qualité de ce que propose ici l’excellent PACO DUKE.  Du bon Blues, en veux-tu en voilà, avec une guitare lumineuse qui mène la danse… Le talent du garçon va en épater plus d’un, car son jeu de gratte a de quoi faire pâlir bon nombre de guitaristes qui se pensent être au-dessus du lot des bluesmen français, et au travers de quelques riffs superbement placés il va même en mettre sur le cul tellement il sait associer subtilité et férocité. La grande classe, monsieur PACO DUKE! C’est la section rythmique du BPB qui assure le service après-vente. Tâche qu’elle remplît fort bien, comme à l’habitude, devrais-je dire… Olivier Picard est à la batterie et aux percussions, et Nicolas Paullin à la basse. Olivier Raymond, de Elise & the Sugarsweets, est à la guitare et Olivier Ferrié (à la batterie du groupe Elise & The Sugarsweets) viennent en special guests pour renforcer le combo. Les dix compositions sont autant d’invitations à se souvenir de grands morceaux de Blues interprétés de manière différente et qui ont pu influencer l’artiste… car il est manifeste que la tonalité générale de l’opus n’est pas sans rappeler les seventies. Ce qui n’est évidemment pas pour nous déplaire, à nous, de cette génération qui a pleinement vécu ces années-là! Un premier album qui est un sacré coup de maître! Chapeau bas, Monsieur Paco!

Dominique BoulayParis-Move & Blues Magazine (Fr)

PARIS-MOVE, January 9th 2020

::::::::::::::::

A noter dans votre agenda: PACO DUKE sera à la Boule Noire, à Paris, le 30 janvier 2020, et la galette dans les bonnes pâtisseries le 14 février!

Paco Duke « Only dreams come true »

Pour tous ceux qui aiment le blues, Paco Duke est l’homme qui tombe à pic. Un blues moderne et pourtant fier de ses traditions.

Ce n’est pas un nouveau disque du Blues Power Band, mais ça y ressemble fortement. Premier disque solo de Pascal Guégan, guitariste et auteur compositeur de la formation qui écuma la scène blues pendant 20 ans, « Only dreams come true » ne change pas de cap. Tous les titres sont signés du Monsieur et enregistrés par lui. A la section rythmique ? Celle du Blues Power band : Olivier Picard à la batterie et Nicolas Paullin à la basse. On est donc en terrain particulièrement connu. La différence ? Une couleur blues davantage marquée abandonnant un peu le côté « power ». On se rapproche des racines du Mississippi, même si certains titres (« Blues don’t cry » par exemple) flirtent avec une ambiance pop et d’autres comme « Mr Johnny » rappellent les premiers ZZ Top. On ne boudera pas notre plaisir plaçant ce disque entre tradition et réincarnation d’un blues moderne. De quoi voyager en bonne compagnie, celle d’un homme passionné et d’un guitariste incarné.

ÉVADEZ-VOUS AVEC LE 1ER ALBUM SOLO DE PACO DUKE

Quand Pascal Guegan (PACO) s’attaque à ” Only Dreams Come True ” son premier album solo, nous ne pouvions que tendre l’oreille. PACO transpire le Blues & Rock, guitariste accompli et membre à part entière du groupe Blues Power Band qui séduit depuis plus de 20 ans la scène française et internationale.

C’est l’occasion pour PACO DUKE de se mettre à nu dans ce projet personnel et rendre hommage aux grands noms des 70’s . Mais les copains ne sont jamais bien loin. Raymond Olivier et Olivier Ferrié (membres de Elise & the Sugarsweets) ainsi que Nicolas Paullin (BPB) l’accompagnent. Sur ce disque, 10 titres pour vous en mettre plein les oreilles, 10 occasions pour voyager. En ces temps de confinement rien de tel pour prendre le large et remonter le temps 50 ans en arrière avec un pur son. Jeunes ou pas, cet album est accessible à tous. Vous trouverez à coup sûr des sons qui vous séduiront.

Les influences, évidentes, comme Johnny Winter ou plus subtiles comme Albert King, Ritchie Blackmore ou Jimmy Page sont à chercher du côté des seventies. Les compos sont extrêmement soignées et chaque instrument trouve sa place sans faire de l’ombre à l’autre. Les textes ne pouvaient pas être autrement qu’en anglais.

Si vous aimez les bonnes rythmiques et des solos pour vous faire décoller, procurez-vous au plus vite l’album de PACO DUKE, disponible depuis le 14 février 2020.

J’ai quand même quelques titres préférés comme The Chimes of Kairos, Yellow Jacket et son intro qui vous perfore en plein cœur ou encore My True Love et son orgue Hammond, un pur bonheur ! Je ne peux que vous engager à écouter le plus sérieusement possible ce sublime album. Merci Paco ! Je vous laisse avec Mister Johnny, 1er titre clippé.

CHRONIQUE PAR: YANN CHESNEAU

Paco Duke entre dans le top 20 des radios blues

Paco Duke

Only Dreams Come True

 Genre musical: Blues-rock

Label : PACO DUKE MUSIC

Distributeur : InOuïe

 Le nom ne vous dit rien, pourtant vous connaissez l’artiste. Cherchez du côté du Blues Power Band. Ce petit nouveau dans le paysage musical est en fait un vieux routier qui a un bon nombre de séances de studio derrière lui et quelques centaines de concerts au compteur. Pour cette évasion en solo il est accompagné par Olivier Picard à la batterie et aux percussions et Nicolas Paullin à la basse auxquels viennent s’ajouter selon les titres, orgue et cordes. Il présente avec cet album qui fait penser aux plus belles productions des seventies sans pour autant s’engluer dans la nostalgie, 10 compositions originales aux couleurs blues-rock de la meilleure veine. La chanson d’ouverture ‘Mr. Johnny’, hommage à Johnny Winter, donne le ton. Les ambiances passent d’un titre à l’autre de l’allégresse à la mélancolie, de la noirceur à la lumière. Il est évident que Paco Duke fait preuve d’une réelle maestria aux guitares et cet enregistrement à la réalisation irréprochable qui ne manque pas d’éclat révèle qu’au chant il a une indiscutable aisance d’expression. L’ensemble est très enlevé et la tension ne retombe jamais du début à la fin du disque. Il serait difficile de résister à cette musique entraînante délivrée avec un enthousiasme non feint.

Gilles Blampain

On l'a connu à la tête du Blues Power Band. Le Français évolue désormais en solo, et toujours dans la langue de Shakespeare, épaulé par une solide section rythmique pour développer un blues-rock bien senti, qui prend sa source chez les maîtres du genre, de Bo Diddley à Johnny Winter, avec, en prime, un petit côté Mink DeVille. Efficace.

Ecrit par Fred Delforge  lundi, 20 janvier 2020 

Connu pour être à l’origine de Blues Power Band, formation culte parisienne avec laquelle il aura enregistré pas moins de cinq albums et donné six centaines de concerts en France bien entendu, mais aussi en Chine, au Canada et aux Etats Unis, le guitariste Pascal Guegan reprend cette année du service avec son tout nouveau projet, Paco Duke, pour lequel il est accompagné de ses vieux potes d’Elise & The Sugar Sweets, le guitariste Olivier Raymond et le batteur Olivier Ferrié, mais aussi de son collègue Nicolas Paullin, bassiste de Blues Power Band. Attrapant pour l’occasion le micro, Paco signe avec « Only Dreams Come True » un premier effort carrément réussi dans lequel il glisse nombre de ses influences majeures allant du blues jusqu’au rock sur dix compositions personnelles dans lesquelles on remarque des touchers de manche empruntés à quelques légendes comme Albert King, Ritchie Blackmore, Jimmy Page et bien entendu Johnny Winter à qui Paco Duke dédie le morceau d’ouverture, « Mr Johnny ». Rejoint par nombre de guests pour l’enregistrement, le combo bénéficie de l’apport substantiel de claviers et d’orgues qui soutiennent de très belle manière un titre comme « Yellow Jacket » sur lequel plane indiscutablement l’ombre d’un certain Jon Lord. Le reste est tiré du même tonneau (de moonshine) et nous réserve quelques belles partie de guitare bien entendu, mais sans jamais en appeler à des velléités de shredder pour au contraire travailler sur la finesse et dans l’intérêt du morceau et en arriver à un résultat humble et digne mais en même temps particulièrement intéressant. On soulignera une écriture pleine de subtilité qui donne naissance à des textes bien sentis comme « My True Love », « I Always Will », « The Chimes Of Kairos » ou « Jack Of Spades » mais aussi à « Gonzo », fidèle compagnon à quatre pattes et véritable complice d’un artiste qui, outre le fait d’être détenteur d’un formidable talent, est également un homme de parole et de cœur. Exit les hymnes pêchus et survitaminés des Beeps, c’est dans un style à la fois plus posé et plus intimiste mais tout aussi vif et attirant que nous emmène cette fois Paco Duke et si l’on ne s’y attendait pas forcément, il est plus que facile de se rendre compte qu’il ne manque rien pour que « Only Dreams Come True » devienne très vite un de nos albums de chevet. Disponible dans les bacs à partir du 14 février, cette première rondelle de Paco Duke fera sa première apparition en live à la Boule Noire le 30 janvier avant le véritable grand concert de lancement le 3 avril au Triton, la fameuse salle des Lilas. A consommer sans la moindre modération !

ALBUM DE LA SEMAINE du 2 au 8 mars 2020

Pascal « Paco » Guegan aka Paco Duke n’est pas un petit nouveau dans l’univers du Blues. Il est notamment l’une des pièces maîtresses du Blues Power Band, groupe de référence de la scène blues française depuis 20 ans.

 

Ce nouveau projet du guitariste-auteur-compositeur est très coloré de blues, mais pas seulement !…

 

On est ici en possession d’un disque de Blues et de Rock, mais  les 10 morceaux qui le composent possèdent tous une texture différente, une construction différente, un univers différent… On n’est pas du tout dans le cas de figure d’un album avec 10 titres tous construits sur le même schéma, c’est plutôt l’inverse !… Chacun d’entre eux raconte une histoire différente, avec l’atmosphère musicale ad hoc. … Ils surprennent tous, notamment grâce à leur côté « délié » les uns des autres !…

 

Le disque démarre en fanfare  avec un « Mr Johnny »  plein d’entrain, très South Blues et très « slidé » !  Le titre « Zenobia » par exemple, avec sa rythmique lourde, sa voix « assommée », est presque hypnotique !… « Please Don’t Cry » est radicalement à l’opposé avec son format ballade un peu folk, plus typé « chanson », ouvrant avec des arpèges de guitare acoustique, et enchaînant avec un refrain que l’on a envie de fredonner !… Le titre qui suit « The Chimes Of Kairos » est très beau, multi-facettes, entraînant, notamment avec sa partie chantée, et avec les petites piques de guitare électrique qui accompagnent une rythmique Blues-Rock soutenue. Une mention également pour « My True Love », un titre de blues assez classique, mais joué et chanté avec un feeling monstrueux !… L’album, qui a tout de même une certaine coloration et certaines références 70’, se termine avec le superbe « Jack Of Spades », aux riffs crunchés slidés, qui peut rappeler certaines atmosphères de Led Zeppelin et de SRV mais avec un truc en plus et inédit, à savoir les différents petits breaks qui font tomber la tension à plusieurs moments du morceau, et qui cassent volontairement le rythme d’une manière non usuelle dans ce style de musique.

 

Cet album est une grande réussite ! Pascal Guegan a particulièrement soigné ses compositions. Il a su les agrémenter grâce à quelques idées bienvenues, et à les rendre atypiques avec un subtil mélange d’originalité, tout en mettant en place un accompagnement efficace et sobre, avec juste ce qu’il faut de riffs, de guitare slide et de chant !

 Album recommandé par Prog-Mania

Le Blues Power Band en sommeil depuis (trop) longtemps, c'est finalement le guitariste Pascal « Paco Duke » Guegan qui dégaine son album solo en premier. Une surprise pour le discret guitariste, quelque peu effacé au sein du groupe. Blues Power Band donc, une formation plus power que blues au fil des albums. Une trajectoire également suivie par le guitariste sur son projet solo que l'on ne saurait réduire à la note bleue, même si Paco maîtrise cette dernière à la perfection. C'est peut-être la limite de ce disque, patchwork blues et rock, acoustique ou électrique, aux détours surprenants, au point de croire, parfois, à une erreur lors du pressage (« Zenobia »). Appelons-cela une preuve éclectisme. Un album d'artisan, modeste et passionné, attachant car enraciné dans le feeling (« My true love  ; "Broken Glasses", magnifiques) ou le gros son des années 60 et 70 (cf. « Yellow Jacket » aux accents Deep Purple) et à peine altéré par le chant encore peu assuré du guitariste. Des débuts en solo d'excellente facture.

En concert à Paris (La Boule Noire) le 30/01

Sortie le 14/02/2020

Radio Perfecto BLUES aime :

[#NEWS]

Venons de recevoir l'album de Paco Duke.

"Entendre en 2020 du Blues actuel avec une large consonance du blues des années 50, c'est un choc émotionnel, une qualité rare et si exceptionnelle". Alors forcément chez Radio Perfecto BLUES nous avons craqué et entrons en forte programmation ce titre: Mister Johnny extrait de "Only Dreams Come True" qui sortira en février.

Tiens... tu ne nous crois pas ? écoute et on en reparle

🎧 https://www.youtube.com/watch?v=6afJ4hOzfeg

 

Radio Perfecto ROCKAu secours !!! C'est trop bon !

Paco Duke est dans l’émission Another Blues is Knocking diffusée

 Au Royaume Uni http://blues-at.co.uk/

 Aux USA (Kansas City) http://kconlineradio.com/

 Au Canada (Montréal) https://progcoreradio.com/

 Et ailleurs https://www.mtri.co.uk/

Paco Duke est sur Radio Coteaux dans l'émission Blues Jean.

Paco est sur Radio canut dans l’émission Boomerang

Paco Duke est sur radio G ! dans l’émission Sons of Blues

lundi 2 mars 2020

Only dreams come true, le nouvel opus de Paco Duke

Avec Only dreams come true Paco Duke signe un premier opus  aussi tonique que raffiné, offrant au blues-rock une couleur à la fois bigarrée et atmosphérique.Paco Duke est le projet musical de Pascal « Paco » Guegan, guitariste auteur-compositeur à l’origine du Blues Power Band, groupe renommé de la scène blues rock française.  Paco Duke a enregistré déjà cinq opus au sein de cette formation.   Paco signe toutes les compositions de Only dreams come true et en assure toutes les voix et les guitares. Il est  accompagné de la section rythmique du Blues Power Band  qui comprend Olivier Picard (batterie et percussions) et Nicolas Paullin (basse). Ces dix compositions trouvent autant leur inspiration dans le blues que le rock ou même le folk comme dans  le morceau « Gonzo », qui brasse subtilement les trois genres.Dédié à  Johnny Winter - l'épique guitariste et chanteur de blues rock américain reconnaissable à sa voix rauque et à son jeu au bottleneck ! -   le premier  titre tout en décontraction, « Mr Johnny »,  flirte  bon entre juteux blues slide  et rock'n'roll des fifties. Quant à « My True Love », c'est un efficace blues traditionnel avec de belles sonorités de jazz, propulsé par le feeling du chant et par l'élégance mélodique des claviers et guitares.  Tout au long de Only dreams come true l'on sent une évidente attractivité vers l'univers musical des seventies et   ses nombreux courants. Avec son astucieux crescendo guitare/batterie/claviers un titre comme  « Yellow Jacket » évoque à la fois Procol Harum  et Deep Purple.A partir  de ce matériau précieux (le classic rock)  Paco Duke élabore un intéressant univers  de chansons (texte/musique), marqué à la fois par la diversité, le feeling et une qualité rare des arrangements. Avec ses guitares space et son chant en volutes « Zenobia  » est un morceau étrange. Un peu floydien/ cold wave  et prog  avec une pincée des Balkans le titre offre un fort climat. Accrocheur et propulsé par la rythmique  « I always will » lorgne  vers le rockabilly et le southern rock. Quant à « Broken Glasses » c'est un morceau pêchu et mélodique rappelant Robert Palmer (pour la voix funky) et Tommy Bolin (pour les arpèges électriques).  On signalera aussi    « Jack of Spades », porté par  un chant  tonique et des  riffs slide à la Led Zep.Only dreams come true, Paco Duke, Inouïe Distribution, France, 2020

Paco Duke sur Radio RCF dans l'émission Blues Emotions. https://rcf.fr/ecouter/RCF84

Paco Duke est dans Route 66, l’émission de David Baerst :

Bonjour. Voici la programmation musicale de l'émission Route66 (RDL 103.5FM & www.rdl68.fr) du mercredi 19 février 2020, à partir de20h00. Rediffusion le 24/02/2020 à 11h00.

Playlist :

*Paco Duke "Zenobia" (Only Dreams Come True/PDM)2020

Paco Duke est dans la playlist de Blues Café Radio

Paco Duke est sur Radio Béton dans l'émission Du Blues Sinon Rien

Paco Duke est dans Sweet Home Chicago sur blues.radio666.com